Aeternam Magica

La Mort d'un Héros

Tribunal 1227

Clio avait somnolé pendant la majeure partie des débats concernant le cas portée par la Head Quaesitor et quelques magi du Coenobium contre de l’Alliance d’Aeternam Magica. Cette dernière Alliance, dont elle savait peu de choses, était accusée d’avoir été à l’origine d’incendies dans les communautés voisines, ainsi que d’avoir attiré des fantômes et des esprits maléfiques. Les défenseurs de cette Alliance avaient sans doute été brillants, mais entre les accusations de la Head Quaesitor et les réponses des accusés, la chose avait tourné en une longue discussion inintéressante pour la jeune maga. Si inintéressante que lorsqu’elle s’était réveillée, le tribunal passait au vote. Dans le doute, elle avait voté comme sa Parens: pour l’acquittement.

Ce cas Aeternam Magica était loin d’être aussi excitant que celui pour lequel elle avait elle-même était jugée quelques heures auparavant. Après tout, elle avait calciné des mortels, rôti des gardes, et même incendié deux bateaux! Quelle chance qu’elle ait été dans une situation floue non couverte par le Code Hermétique: du fait de son statut d’apprentie passant son Gant au moment des faits, elle n’était légalement pas responsable de ses actes, n’étant alors pas une maga hermétique, mais sa Parens n’était pas responsable non plus, puisqu’elle passait son Gant. Cela lui avait valu un acquittement. Il faudrait vraiment qu’elle apprenne à retenir ses sorts à l’avenir. Elle avait été chanceuse cette fois-ci, elle risquait de ne pas l’être une seconde fois. Mais quand même: ces marchands avaient bien mérité leur sort: ce n’est pas parce qu’elle était nue dans le port de Marseille qu’elle était disposée à se laisser toucher et violer. Les choses avaient dégénéré, les gardes étaient intervenus, elle avait dû se défendre, etc. Avec du recul, tout cela avait été plutôt drôle…

Mais d’après ce qu’elle avait compris, le cas qui allait être jugé maintenant allait être assez hors du commun. L’accusé, Gilbert de la Maison Flambeau – comme elle! – était accusé de rien moins que d’avoir assassiné Louis VIII, le roi de France!! Elle avait entendu des histoires à son sujet, elles disaient de lui que c’était un homme courageux, intègre et prêt à tout pour défendre ses amis. Qui plus est, il était plutôt bel homme. Elle l’avait déjà aperçue lors du précédent tribunal. Elle n’était alors qu’une apprentie insignifiante, mais elle l’avait trouvé beau, et s’était depuis souvent imaginée dans ses bras puissants. Lorsqu’elle l’avait revue il y a 3 jours, elle l’avait trouvé physiquement inchangé – miracle du Rituel de Longévité – mais une ombre semblait planer sur son cœur. Elle avait envisagé de lui adresser la parole, mais il restait continuellement avec les membres de son Alliance, une bande de réfugiés nommée Ostal Des Exiles. Rien à voir avec la gloire de sa propre Alliance: Castra Solis! Curieusement, quand il n’était pas avec ses compagnons d’Alliance, il était avec les quaesitores.
Il avait simplement suffit à Clio de tendre l’oreille pour comprendre les grandes lignes de l’affaire: il avait assassiné le roi de France, le conseiller occulte avait accusé l’Ordre d’Hermes, Gilbert avait avoué le crime. Tout portait à croire qu’il allait être soumis à une Marche des Magiciens pour son acte.
Au cours des deux derniers jours, la jeune fille s’était surprise à rêvasser: elle pourrait s’enfuir avec lui, elle le protégerait contre les magi à leurs trousses, ils se trouveraient un refuge, elle porterait son enfant… Ah, mais non, il devait probablement être stérile…Zut!
Le cas fut présenté par la Head Quaesitor. L’accusation était des plus graves: en portant atteinte au roi de France, Gilbert avait “amené la ruine sur ses Sodales”. Les répercussions de son acte risquaient d’être terribles pour l’Ordre. Gilbert fut ensuite invité à défendre son cas. Loin de nier, il avoua avoir assassiné Louis VIII. Il expliqua l’avoir fait alors que ce dernier, lors de sa croisade en Provence, avait lancé ses chevaliers contre Ostal des Exiles, sans raison, tuant deux des magi présents et massacrant la majeure partie de leurs serviteurs. Gilbert n’avait pas été présent à ce moment pour défendre les siens, mais lorsqu’il était revenu, il avait voulu infliger une juste vengeance sur le commanditaire de ce crime. Il avait traqué Louis VIII, mais, se souvenant des préconisations du dernier Tribunal, et pour ne pas attirer trop l’attention sur l’ordre, il avait opté pour une voie détournée: il avait magiquement empoisonné le roi, qui avait alors semblait mourir de maladie. Gilbert affirma ensuite bien fort ne rien regretter à son crime, si ce n’est d’avoir choisi cette voie détourner pour accomplir sa vengeance: à ce moment, son esprit était embrumé par la rage. Il aurait dû, proclama-t-il, agir au grand jour, calciné le roi dans une boule de feu, en avertissant tous les témoins qu’ainsi périraient tous ceux qui s’en prendrait à l’Ordre d’Hermes.
Clio fut submergée d’admiration devant Gilbert, qui était prêt à engager sa vie pour ses idéaux, et à affronter le monde entier pour protéger l’Ordre d’Hermes. Quel homme! Et aux murmures et aux discussions aux alentours, elle sentait que l’assistance partageait au moins en partie son avis. L’Ordre avait été attaqué, Gilbert l’avait défendu! Ce n’était pas un criminel, mais un véritable héros!

Mais Beatrice ex Guernicus, la Head Quaesitor, réclama le silence. Elle avait en effet d’autres éléments à porter devant l’assemblée, qui n’avaient été portés à sa connaissance que dans la journée. Elle produisit ainsi, devant les magi médusé, des preuves indiquant que Ostal des Exiles n’avait pas été attaquée sans raison par Louis VIII, mais parce que l’une de ses membres, Garsenda ex Tremere, avait aidé des Cathares à se soustraire aux croisés. Ces derniers avaient suivi sa trace, étaient tombés sur Ostal des Exiles, et pensant avoir affaire à des Cathares, ils mirent les lieux à feu et à sang.
Garsenda avait violé le Code: elle avait littéralement apporté la ruine sur ses sodales… Garsenda – en larmes, terrifiée – fut obligée à comparaitre aux côtés de Gilbert pour être à son tour soumise au jugement de l’assemblée. L’affaire était entendue, et le résultat des votes fut sans surprise: Garsenda fut condamnée au châtiment de la Marche des Magiciens – bien fait pour elle, elle n’avait que ce qu’elle méritait, la garce – et Gilbert, eu égard à ces derniers éléments, fit l’objet de la commisération du Tribunal et acquitté, même si sa conduite avait été particulièrement dangereuse. Génial! Son héros allait s’en sortir avec tous les honneurs! Clio souriait et se demandait déjà comment elle allait s’y prendre lui adresser la parole.

Un Pilum de Feu jaillit de la main tendue de Gilbert et alla percuter la Parma Magica de Beatrice, la Head Quaesitor. L’assemblée se figea. Le silence se fit. Le visage de Beatrice était déformé par la rage devant cet outrage à magistrat! Sous les yeux stupéfait des magi, Beatrice hurla à l’attention de Gilbert: “Très bien, je vous déclare vous aussi condamné à la Marche des Magiciens!”

Personne ne comprenait. Garsenda, effondrée depuis l’annonce de sa condamnation, l’observait, interloquée, le visage noyé dans ses larmes. Il lui souffla: “Sauve-toi, petite”. Incertaine, Garsenda se releva et commença, hésite, à s’éloigner, avant de rapidement se mettre à courir pour disparaitre dans la nuit.

Personne d’autre n’avait bougé. Tous observaient, cherchant à comprendre la folie de ce geste. Il était acquitté. Il était un héros. Pourquoi?

Gilbert toisa l’assemblée, observant chaque visage, croisant chaque regard.
“Vous croyez que c’est ce que je cherche? Vous croyez que votre attitude changera quelque chose? Depuis deux décennies les nôtres sont victimes des croisés. Combien d’Alliances sont tombées? Combien de magi innocents des crimes qu’on leur reprochait ont été tués par les soudards des nobles? Je refuse cela. Toute personne qui cherchera à s’en prendre à mes sodales de l’Ordre d’Hermes me trouvera sur son chemin. Je répondrai à la force par la force. Si quiconque s’en prend aux miens, il périra dans mes flammes. Pourtant, ici, j’en vois beaucoup qui préfèrent se terrer dans leurs Alliances… Ne pas réagir quand d’autres sont injustement massacrés. Nous, Magi de l’Ordre d’Hermes, devons faire front. Apprendre aux vulgaires ce qu’il en coute de s’en prendre à nous. Sachez que je ne regrette pas mes actes. L’implication de Garsenda ne change rien! Ce que j’ai fait, je le referais encore et encore, sans la moindre hésitation. Mes sodales d’Ostal des Exiles injustement massacrés… Les membres de nos précédentes Alliance injustement exécutés… Berinor, Bentalone, Lariander, Mercurii Sodalitas, Bellaquin… Je ne peux tolérer cela! Je vous exhorte, tous, à prendre les armes. Si les armées des vulgaires s’en prennent encore à l’Ordre sans raison valable, nous devons les repousser, et leur apprendre ce qu’il en coute de nous prendre pour cible.
Et si il vous faut un martyr pour vous faire réagir, alors je serai celui-ci. Ici et maintenant.”

La Marche des Magiciens autorisait à Gilbert de s’enfuir, de prendre quelques minutes d’avance sur ses poursuivants. Il reste cependant au milieu de l’assemblée. Il déboucla sa ceinture, et la jetta au sol avec son épée, avant de croiser les bras.
Lorsque la chasse devait débuter, aucun des 70 magi présents n’osa se diriger vers lui. Tous comprenaient la portée de son geste. Certains étaient en désaccord avec son point de vue, mais aucun ne pouvait nier la grandeur de son attitude.

Clio était pétrifiée. Elle espérait qu’aucun des magi présents ne bouge. Qu’on pardonne à Gilbert. Par Dieu, il avait raison, après tout!

Plusieurs minutes s’écoulèrent – ou bien n’était-ce que quelques secondes? – sans que personne ne se résolve à bouger.

Puis une haute silhouette s’avança, menaçante, vers Gilbert. Nagash ex Tytalus! Peut-être le mage le plus redouté du Tribunal. En tous cas, il fichait une trouille bleue à Clio!
Nagash se planta devant Gilbert, et dit, de sa voix d’outre tombe:
“Tu comprends que quelqu’un doit le faire n’est-ce pas? Sans cela, ton geste aura été inutile.”
Gilbert hocha la tête, déterminé.
“Sache que je ne t’oublierai pas, Gilbert ex Tytalus!” (NdA: les Tytalus accordent parfois le nom de Tytalus aux magi qui leur font une forte impression où qu’ils respectent profondément)
Nagash, silhouette géante nimbée de ténèbres, tendit la main et toucha le front de Gilbert. Qui s’écroula, instantanément foudroyé par la magie de mort manipulée par le Tytalus.

Clio se couvrit la bouche pour étouffer un cri de douleur tandis qu’elle voyait le corps de Gilbert tomber au sol, comme au ralenti. A son corps défendant, elle senti les larmes lui monter aux yeux, et son cœur se serrer. Elle avait vraiment mal, et fut bientôt prise de sanglots.

Le reste de l’assemblée n’avait toujours pas bougé, médusé. Nagash était reparti prendre sa place initiale. Ils n’étaient pas choqués que ce dernier ait été en mesure de lancer un sortilège d’une telle magnitude sans incantation, au milieu d’un Aegys, et qu’il franchisse la Parma Magica de Gilbert. Cela, ils le réaliseraient bien plus tard.
Non, plutôt, tous comprenaient le sens de ce sacrifice. Aucun d’entre eux ne se sentait fier, à ce moment-là. Un grand homme les avait quittés. Et pendant les jours qui viendraient, ils seraient tous hantés par cette scène…

Quelques minutes plus tard, Oxioun ex Tytalus – le condisciple de Nagash – revenait avec le corps sans vie de Garsenda. Il était donc le “vainqueur” d’une Marche des Magiciens pour la 6ème fois…

Dans une certaine hésitation, Beatrice ex Guernicus signala la dissolution de l’assemblée pour cette nuit. Chacun reparti, silencieux, méditant sur ces événements.

Clio retourna à sa tente et se coucha sans un mot. Plutôt que de dormir, elle pleura. Et réfléchit intensément aux dernières paroles de Gilbert. Son point de vue était-il le bon?

Ce qui était sûr, c’est qu’aucun des magi présents ce soir-là n’oublierai jamais le mage de la Maison Flambeau…

Comments

Tristelune Tristelune

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.